Désorientation professionnelle - PARTIE I

by - 26 mars


Reconversion professionnelle - PARTIE I -  "Désorientation professionnelle" ou comment à 25 ans tu te retrouves chez une conseillère d'orientation. 

Quand j'étais petite, je ne manquais jamais d'idées concernant mon futur métier: Maîtresse d'école, médecin, hôtesse de l'air, vétérinaire (uniquement pour les pandas)... C'est fou à quel point tout avait l'air facile. Pourtant, assez rapidement il fallait faire des choix, prendre des décisions qui allaient impacter toute une vie de manière concrète. Fini le temps de jouer à la marchande. Cette fois ci, les enjeux devenaient réels. 

Pour retarder au maximum toute prise de décision, je choisissais comme beaucoup le cursus le plus généraliste possible. Malheureusement, au lycée; il fallut faire un choix: L/S ou ES. Concernant les autres filières, personnellement, je n'en avais absolument jamais entendu parlé. Excellente élève bien que régulièrement absente pour cause de harcèlement scolaire, il semblait évident que je suive la filière "scientifique" érigée aux yeux de tous comme le saint Graal de l'intellect, la crème de la crème de notre société, le fleuron de l'enseignement. Bien évidemment, j'ai choisi de ne pas faire ce que l'on attendait de moi mais, de suivre un cursus littéraire qui correspondait mieux à mes attentes et aspirations du moment, quitte à subir les moqueries de l'élite. C'est bien connu, les littéraires sont des fainéants désorganisés qui adorent fumer des joints tout en jonglant avec des bolas, en prenant soin de ne pas cramer leurs atébas*. [Coucou cliché!!!👍] - 

*Si tu n'as pas compris cette phrase, tu es probablement trop vieux, désolée...

Pour ma part, j'étais bien en L jusqu'à ce que se pose la question de l'université. Comprends bien, on m'avait vendu le cursus littéraire comme un truc général qui me laissait toutes les portes ouvertes... J'y croyais dur comme fer jusqu'au dernier conseil de classe de première... Tous les voyants étaient au vert - 15 de moyenne au bac blanc "finger in the nose", 15 de moyenne en classe - J'essayais au maximum d'aller en cours malgré l'ennui - Option théâtre le mercredi après-midi - Prête à annoncer à tous mon projet de faire ... Médecine - Mais ça n'a pas suffit. Je revois encore la tête de ma prof principale ce soir là. 

-C'est IMPOSSIBLE. Tu n'y arriveras jamais. Pff. N'importe quoi. Et puis de toute façon, c'est pas possible en ayant fait L.

Ouais carrément... Autant te dire que j'ai sacrément réfléchi pendant les vacances d'été entre la première et la terminale. Mais rien n'y faisait, elle avait instillé le doute. Et si je n'y arrivais pas? Beaucoup d'étudiants échouent en première année... J'ai pas le niveau en math... C'est pas grave, je vais tenter Sciences Po, après tout j'ai suivi le programme des conventions d'éducation prioritaire... Mais qui va financer mon logement à Paris? Est-ce que je suis prête à aller vivre à Paris? Sinon prof? Mais faut faire quoi comme fac? 
J'étais complètement paumée dans mes réflexions quand EURÊKA - J'avais trouvé mon avenir comme on fait ses courses au supermarché. Le salon Studyrama - Une école de commerce. - L'idée qui séduisait mes parents avec ses promesses indécentes de travail à peine le diplôme décroché et les salaires mirobolants qui vont avec. Quant à moi j'aimais la diversité des débouchés... Marketing, Supply Chain, Management, RH... 
En fait, avec le recul j'ai compris que cela me permettait de repousser encore le choix de mon orientation. - J'ai choisi de reculer pour mieux sauter.
Au conseil de classe suivant, j'annonce mon inscription au concours pour entrer en école de commerce. Je ne fus pas surprise de la réaction de la prof principale qui n'avait pas changé...

-Pfff mais n'importe quoi, tu ne vas jamais y arriver. Il faut faire ES pour ça. Tu devrais faire un BTS, c'est bien mieux.

Par contre cette fois je lui ai répondu. Vertement. Ce qui m'a valu un "doit faire ses preuves à l'examen" malgré mon 15 de moyenne constant. Mais peu importe, dans mes pensées, j'avais déjà quitté le lycée. En avril, est arrivé le moment fatidique du concours. Reçue - moyenne générale de 15. Puis vint le Bac: Reçue - moyenne générale de 15. Il ne me restait plus qu'à vivre les 4 merveilleuses années d'études qui m'attendaient avant de choisir un Master II pour me spécialiser. Et j'ai profité. Un max même. Chance inespérée, j'ai reçu une offre d'emploi en C.D.I. avant même la fin de mes études. Fraîchement diplômée, j'ai donc abandonné l'idée de faire un M2, consciente de cette ambiance morose, de la conjoncture économique difficile... Refuser était risqué et prétentieux. Parce que fondamentalement choisir le métier que l'on souhaite faire est un sacré LUXE que tout le monde n'a pas... Mais surtout parce que sur le plan personnel, je ne voulais plus dépendre de ma famille qui avait déjà tant fait pour moi. Je ne viens pas d'un milieu particulièrement favorisé, ni défavorisé d'ailleurs... Je le précise car beaucoup semblent fantasmer la condition des étudiants en écoles de commerce... [généralisation, raccourcis ou jalousie - je ne sais pas mais ne jugez pas sans savoir. N'oubliez pas que les hommes, à l'image des icebergs, n'ont d'apparent qu'une infime partie de ce qu'ils sont...]

BREF... Une grande marque m'a donné ma chance et je ne regrette rien car j'ai appris énormément mais, avec le temps, je me suis rendue compte qu'il manquait une valeur importante à mes yeux dans ma vie professionnelle: L'humain.


------------------------------------------------------------

*Dans ce premier article de la série Reconversion professionnelle j'ai choisi de me livrer un peu afin de vous expliquer mon parcours. Je tenais à en parler car je sais que cela concerne beaucoup de personnes de ma génération qui, comme moi, sont confrontées à ce flou artistique... Quand vous êtes diplômé, la reconversion est extrêmement difficile, il existe une multitude de sites qui la traitent mais paradoxalement, aucune structure ne veut entendre parler de vous...  Finalement, on se retrouve complètement seul avec pour unique moteur notre volonté inébranlable de transformer notre vie pour toujours. Je vous donne rendez-vous à la PARTIE II en cliquant ici!

N'hésitez pas à partager votre expérience en commentaire.






You May Also Like

0 commentaires

À toi de jouer!